close

  • To serve Poland – to build Europe – to understand the world

     

  • COOPÉRATION ÉCONOMIQUE

  • Echange commercial entre la Suisse et la Pologne

     

    mln

    Euro

    2009

    2010

    2011

    2012

    2013

    2013

    2012

    1er sem. 2014*

    1er sem. 2014

    1er sem. 2013

    Chiffre d’affaire

    1 815,5

    2 106,6

    2.385,3

    2.454,8

    2.490,4

    101,5

    1318,0

    104,7

    Export

    816,4

    1 001,4

    1.188,8

    1.256,9

    1.275,0

    101,6

    652,4

    100,1

    Import

    999,1

    1 105,2

    1.196,5

    1.197,9

    1.215,4

    101,5

    656,6

    109,6

    Solde

    -182,7

    -103,8

    -7,7

    +58,0

    +59,6

    *

    -13,2

    *

     *données de l’Office central de la statistique polonais (GUS)

     

    Selon les données concernant le premier semestre 2014, le chiffre d’affaire commercial entre la Suisse et la Pologne a légèrement augmenté d’env. 4,7% par rapport à la même période de l’année précédente. Le solde des années 2012-2013 a été légèrement positif pour la Pologne en raison de la tendance décroissante de nos achats à cause du fort taux de change du franc et de la rationalisation des importations dans le secteur pharmaceutique.

     

    Les investissements

    La Suisse fait partie des investisseurs étrangers importants dans notre pays. Selon les données de la Banque nationale polonaise, la valeur cumulée des investissements suisses a atteint en 2012 la somme de 4,8 milliards d’euros (13e rang parmi les Etats investisseurs étrangers avec une augmentation de 400 millions d’euros par rapport à 2012). Les investissements suisses sont concentrés dans le sud et au centre du pays. Au cours des dernières années, de nouveaux investissements suisses ont vu le jour dans l’industrie du textile (Sud Wolle AG), de l’ameublement (Steinhoff Europe AG), de l’emballage (Georg Utz Holding) et dans l’industrie du verre (Glas Troesch AG – EURGLAS Niewiadów). Le nombre de projets réalisés dans le secteur des services bancaires (Crédit Suisse) et dans le secteur pharmaceutique (Roche), lesquels transfèrent en Pologne leurs comptabilités et les services tels que des centres d’appels, a grandi. On estime que les entreprises suisses installées en Pologne emploient 35 000 personnes.

     

    Les investissements directs polonais en Suisse ont atteint la somme de 1,9 milliard d’euros, ce qui place la Suisse au 5e rang des pays dans lesquels la Pologne investit. La majorité des investissements polonais en Suisse sont des investissements de capitaux liés aux opérations du marché financier. Pour autant, les investissements matériels restent toujours peu nombreux. Parmi les investisseurs polonais en Suisse, il y a Bioton S.A., Abplanalp Engineering AG et ADB Group.

     

    Collaboration au sein du FMI

    Dans le cadre du FMI, la Pologne coopère depuis 1992 avec la Suisse au sein du groupe régional dit groupe de vote suisse. En vertu du protocole d’entente conclu le 20 avril 2012, a été introduit le principe d’une présidence tournante bisannuelle de l’administrateur au groupe de vote du FMI sur une base pleinement égalitaire entre la Pologne et la Suisse. La Pologne prendra la présidence le 1er janvier 2016. Le représentant polonais siègera au Conseil d’administration du FMI composé du Directeur général et des 24 autres administrateurs. La mission du Conseil d’administration, qui travaille en permanence à Washington, est de conduire les activités courantes du FMI en matière de la politique de surveillance, de crédit, de la réforme de la gouvernance et de son financement.

     

    Programme de coopération helvético-polonais

    En juin 2012, 100% des sommes allouées dans le cadre du programme avaient été contractées, soit 464,5 millions de francs suisses (ce montant ne prend pas en considération les 24,5 millions CHF de la partie suisse liés aux frais de gestion du programme de coopération polono-suisse). Actuellement se déroule une période de cinq ans de mise en œuvre des projets qui prendra fin en juin 2017.

    Monsieur Didier Burkhalter, en tant que Chef du Département fédéral des affaires étrangères, a signalé dès 2013 que les éventuels futurs paiements de cohésion (2e tranche) seront liés au progrès des négociations avec l’Union européenne dans les affaires bilatérales. Le Secrétaire d’Etat du Département fédéral des affaires étrangères, M. Yves Rossier, a maintenu la même position dans une lettre du 7 mai 2014 adressée au Directeur général administratif du SEAE, D. O’Sullivan. Cela signifie que la deuxième tranche pourrait devenir un élément de négociation lors des pourparlers prévus avec Bruxelles en matière institutionnelle.

     

    Nous vous invitions à consulter le site du Service de la Promotion du Commerce et des Investissements : www.bern.trade.gov.pl/en

     

     

    Print Print Share: