close

  • To serve Poland – to build Europe – to understand the world

     

  • DIASPORA POLONAISE

  • Les premiers contacts entre les populations habitant le territoire actuel de la Pologne et celui de la Suisse datent du temps de la migration des peuples, ce que prouve notamment la "rosa" slave dans le nom Arosa. Au Moyen Age, les Polonais ont traversé la Suisse en tant que pelerins (sur la route de Rome et de Compostelle), ou encore comme chevaliers en route pour la croisade.

    Des contacts particulierement vifs ont été noués a la Renaissance. Les Polonais affluent alors vers la Confédération attirés par la Science (Erasme de Rotterdam regroupe autour de lui tout un cercle d'éleves polonais, ainsi que de. mécenes, pour ne citer que Jan Laski, qui a acheté la bibliotheque du savant, ou Marcin Chmielecki, qui a été directeur d'une école supérieure a Bâle), la religion (comme le prouve une vaste correspondance des protestants polonais avec Bullinger, Calvin ou Zwingli), le commerce (des relations particulierement intenses se sont établies entre Cracovie et St. Gallen).

    Au siecle des Lumieres, les Polonais se rendent a Geneve par admiration pour Rousseau et Voltaire, et les Suisses se voient confier des postes importants a la cour du roi Stanislas Auguste Poniatowski.

    Tadeusz Kosciuszko, le héros des deux continents a passé les dernieres années de sa vie (1815-1817) a Soleure.

    Le Romantisme a marqué le summum dans les relations culturelles entre la Pologne et la Suisse. Le poeme de Juliusz Slowacki, W Szwajcarii (En Suisse) et le cycle Liryki lozanskie (Lyriques de Lausanne) de Adam Mickiewicz (professeur académique a Lausanne en 1839) en restent des traces pérennes. Zygmunt Krasinski a également habité a Geneve, et il a introduit des themes suisses dans son oeuvre. Un autre poete romantique, Antoni Malczewski a été l'un des premiers alpinistes européens a gagner le Mont Blanc, partant de Geneve (1818).

    La deuxieme moitié du XIXe s. s'est écoulée sous le signe de la technologie et du progres. Des ingénieurs et des architectes polonais ont travaillé en Suisse. Leopold Blotnicki a conçu le pont de chemin de fer Grandfey pres de Fribourg, sur la riviere séparant la Suisse Romande de la Suisse Alémanique. Avant lui, Jan Pawel Lelewel a été ingénieur cantonal a Berne. Ludwig von Tetmajer (cousin du côté paternel du poete et peintre) a été le pionnier de l'étude des matériaux et professeur d'Ecole Polytechnique a Zurich. Franciszek Stempkowski est l'auteur de nombreux bâtiments publics a Berne et dans les alentours. Le professeur Zygmunt Laskowski a créé a Geneve le Musée Anatomique.

    Les Polonais ont aussi contribué au développement de l'horlogerie suisse. Le créateur d'une grande marque d'horlogerie, Antoni Norbert Patek a participé a l'insurrection de novembre, en 1830 en Pologne. Au XIXe s. les montres Patek étaient décorées de portraits de célebre Polonais et d'autres motifs patriotiques.

    En 1870, sur l'initiative du comte Wladyslaw Broel-Plater le Musée Polonais a été inauguré au château de Rapperswil - musée qui du temps des partages de la Pologne a constitué un semblant de musée national, regroupant des ouvres d'art polonais, des souvenirs historiques, des cartes et des manuscrits. Aujourd'hui, le Musée Polonais rénové est un lieu de rencontres et de présentation de la culture polonaise.

    Entre le XIXe et le XXe s. des centaines de Polonais et de Polonaises ont étudié dans des écoles suisses. A la fin du XIXe s. la Suisse a été lieu d'activité de nombreux partis politiques polonais. La Ligue Polonaise a été créée au château Hilfikon (1887), les socialistes étaient regroupés a Geneve et a Zurich. Les Polonais ont également joué un rôle important dans le mouvement anarchiste dirigé par Bakounine (qui gît au cimetiere de Berne); un autre théoricien de l'anarchisme, Jan Waclaw Machajski a vécu a Geneve.

    En 1914, le créateur des Légions, Józef Pilsudski a visité différentes villes suisses, en proposant une formation militaire aupres des émigrés (panneau de commémoration a Zurich).

    Au cours de la Iere guerre mondiale Henryk Sienkiewicz a vécu et créé a Vevey (ou il est mort en 1916). L'écrivain a présidé le Comité d'Assistance aux Victimes de la Guerre en Pologne.

    La Providence a également lié le destin de deux futurs présidents de la Pologne ressuscitée a celui de la Suisse. Ignacy Moscicki a été assistant a Fribourg, la technologie qu'il a inventé a été a la base de la création d'une usine de production d'engrais (aujourd'hui: groupe Lonza) de Visp. Moscicki, a la fin de sa vie, est revenu en Suisse, ou il est mort (1946) a Versoix. Gabriel Narutowicz a conçu beaucoup de centrales électriques suisses, qui continuent a fonctionner, il a également été professeur a l'Ecole Polytechnique de Zurich (ETH, ou se trouve un panneau lui consacré).

    Pendant plus de quarante ans, la propriété Riond-Bosson pres de Morges a appartenu au célebre virtuose du piano, compositeur et homme politique Ignacy Jan Paderewski. C'est de la que Paderewski partait en tournées triomphales, et de la en tant qu'homme politique qu'il essayait d'avoir une influence sur le déroulement des affaires en Pologne ("Front Morges") et sur sa position dans le monde. La Société Paderewski et le Musée Paderewski existent aujourd'hui a Morges.

    Le plus grand groupe de Polonais jamais arrivés en Suisse en une fois, était constitué d'env. 12 mille officiers et soldats, qui apres la défaite de la France en 1940, ont franchi la frontiere comme un seul homme, et ont été internés pendant la guerre dans des camps répartis sur tout le territoire. Ils ont construit des milliers de kilometres de routes, des centaines de ponts, récupéré de nombreux hectares de terre arable, réglé des fleuves. Certains des soldats internés ont obtenu des diplômes de fin d'études et des doctorats dans des camps universitaires organisés spécialement pour cela. Leurs rapports avec la population locale étaient en général tres bon, beaucoup se sont mariés avec des Suissesses. Apres la guerre, la majorité des internés sont rentrés au pays, d'autres ont continué l'émigration.
    Le créateur de la méthode de synthese de la vitamine C, lauréat du prix Nobel, Tadeusz Reichstein de Wloclawek a vécu a Bâle.

    Le compositeur Karol Szymanowski s'est fait soigner a Lausanne, ou il mourut (1937, panneau de commémoration).

    Lors de la II guerre mondiale, la Délégation de la République de Pologne dirigée par Aleksander Lados a mené une vaste action de protection de citoyens polonais, et notamment, grâce a l'énergie de Julius Kühl, elle est devenue centre de sauvetage des Juifs polonais.
    Dans les années 1940-1969, l'un des plus éminents essayistes polonais, collaborateur pendant de longues années de "Kultura" de Paris, Jerzy Stempowski (Pawel Hostowiec) a habité a Muri pres de Berne et a Berne-meme (ou il est décédé).

    Le pianiste et compositeur Pawel Klecki a dirigé l'orchestre symphonique de Berne.

    Le célebre peintre Balthus (Baltazar Klossowski), d'origine polonaise, docteur h. c. de l'Université de Wroclaw a vécu jusqu'a sa mort a La Rossiniere (2001).

    Une aussi forte présence de Polonais en Suisse, en particulier dans les deux siecles derniers, est le résultat de la traditionnelle hospitalité suisse et de la sympathie tout aussi traditionnelle pour les nations luttant pour leur liberté. Les Suisses ont accueilli avec bienveillance les vagues successives des ressortissants polonais, depuis les confédérés de Bar, qui sont arrivés a Schaffhouse en 1773, apres la premier partage de la Pologne, par les participants de l'insurrection de novembre (1831) et de janvier (1863), jusqu'a l'émigration de la Solidarité (1981). A côté de l'émigration politique il existait également une émigration économique de Pologne qui, contrairement a celle qui partait vers les Etats Unis, la France ou l'Allemagne, était constituée de gens hautement qualifiés: médecins, dentistes, ingénieurs, scientifiques, artistes.

    La vie politique de la communauté polonaise en Suisse, tres vive a l'époque de la loi martiale, quand des protestations et des transports d'aide pour la Pologne étaient organisés, est actuellement plus sereine, les groupements et les associations de Polonais ont maintenant le plus souvent un caractere social, pour entretenir les traditions et célébrer les fetes nationales, ainsi que les anniversaires importants.

    La vie culturelle des Polonais vivants en Suisse Alémanique se concentre principalement a Baden (Club des Amateurs de Vive Voix avec son siege a Reinach pres de Bâle, Cave chez Inez), celle des Polonais de la Suisse Romande a Geneve (Le Club Littéraire et Artistique Polonais, Association polonaise); de plus, trois Sociétés Chopin sont actives (a Berne, a Bâle et a Geneve), ainsi qu'un groupe folklorique "Piast" (Winterthur). Des musiciens polonais jouent dans de nombreux orchestres suisses. Dans quelques centres une éducation complémentaire est proposée dans les domaines de la langue, de la littérature polonaise et de l'histoire de la Pologne.

    La vie religieuse est organisée par les missions catholiques polonaises avec siege a Marly pres de Fribourg (centre créé par p. Innocent Maria Bochenski, logicien et soviétologue, professeur et directeur de l'Université de Fribourg) et a Zurich.

    Montricher est le siege de la maison d'édition Noir sur Blanc, qui intervient dans les échanges culturels entre la Pologne, la France et la Suisse. Bourguillon pres de Fribourg est le siege des Archives Helveto-Polonicum.

    Les Polonais en Suisse ont actuellement a leur disposition deux mensuels: "Nasza Gazetka" (« Notre Journal » a Zurych) et "Wiadomosci" (« Informations » a Marly).

    Texte: Jan Zielinski

    Bibliographie:

    Alphonse Bronarski, Relations intellectuelles entre la Pologne et la Suisse au cours des siecles. Varsovie 1930; Pologne-Suisse. Récueil d'études historiques. Varsovie-Lwów 1938; Stanislas Liberek, L'amitié polono-suisse au cours des siecles, Lausanne 1941; Polen und die Schweiz: ihre Beziehungen im Laufe der Jahrhunderte und während des zweiten Weltkrieges. Solothurn 1945; Echanges entre la Pologne et la Suisse du XIVe au XIXe siecles: choses, hommes, idées. Geneve 1964; Jan Lewandowski, Polacy w Szwajcarii. Lublin 1981; Studia Polono-Helvetica. Basel - Frankfurt a.M.; Krzysztof Dabrowski, Polacy nad Lemanem w XIX wieku. Warszawa 1995; Jan Zielinski, Nasza Szwajcaria. Przewodnik Sladami Polaków. Warszawa-Rapperswil 1999.


     

    Print Print Share: